Paige North : Type theoretic weak factorization systems

https://www.repository.cam.ac.uk/handle/1810/265152

Publicités

L’usage métaphorique des expressions « spiritualistes «  à propos du « plan spirituel » ou du «  monde intelligible »

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

« Pas de monde intelligible sans un effort humain d’intelligibilité » : tel est le verdict de Brunschvicg et il doit être selon moi pleinement approuvé .

Les différents mouvements sectaires ou « religieux », qui sont souvent occultistes, qui parlent de « monde spirituel «   ou même de « cieux » et de hiérarchies célestes , s’abstiennent de cette précaution et conduisent à un obscurcissement et une confusion synonymes d’inintelligibilité justement. Quand Malebranche, cartésien, évoque la « vision en Dieu » des Idées , dans ce qu’il appelle « Étendue intelligible », » voir » prend une dimension d’intelligibilité qui est propre à la philosophie et à la psyché occidentale , le verbe grec θεωρειν, qui est à la racine du mot théorie, signifiant « contempler » ; en climat juif, c’est le verbe « écouter » qui a la priorité sur le regard quand il s’agit des choses divines :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Chema_Israël

Mais l’écoute est parasitée, voire supprimée, anéantie, par la modernité occidentale, c’est le…

View original post 664 mots de plus

Mathesis of the mind : a study of Fichte’s Wissenschaftslehre and geometry by David Wood

Les mythemes ou concepts du discours correspondent à ce que Max Tegmark appelle le « bagage « ; sciences véritables et pseudo- sciences

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

Plusieurs articles sont disponibles sur le travail de Max Tegmark « Our mathematical universe »:

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2016/03/02/our-mathematical-universe-de-max-tegmark-un-platonisme-pythagorisme-extreme/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/08/23/les-theses-de-max-tegmark-a-la-lumiere-du-couple-idees-idees/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/08/17/scienceinternelle-our-mathematical-universe-de-max-tegmark-et-lidealisme-endosse-ici/

Son article est ici sur Arxiv :

https://arxiv.org/pdf/0704.0646v2.pdf

mais j’ai acheté le livre « Notre univers mathématique « (Ed Ekho) qui est beaucoup plus détaillé que le simple article

« Tegmark poursuit sa « démonstration » en faisant intervenir la notion de « bagage » (humain, trop humain). Ce sont des mots signifiant des concepts que pour des humains , et encore, des humains ayant une certaine connaissance, au moins vulgarisée , des sciences modernes; par exemple des mots comme « particules, observations »…

Une théorie est composée de ce bagage purement humain et de notations mathématiques. En page 2 ( sur 31 au total) la figure 1 montre un arbre des différentes spécialités scientifiques telles qu’elles dérivent les unes des autres, ainsi par exemple la mécanique statistique suppose connue la mécanique classique. En descendant du haut…

View original post 781 mots de plus

Du Concept au Mathème

Autrement qu'être Mathesis uni∜ersalis Problema Universale Heidegger/Husserl être/conscience : plan vital-ontologique vs plan spirituel d'immanence CLAVIS UNIVERSALIS HENOSOPHIA PANSOPHIA ενοσοφια μαθεσις

http://mathesis.blogg.org/spinoza-et-whitehead-a115764128

Alexandre Kojeve définit le Concept ( Der Begriff) de Hegel comme :

« L’Unitotalité intégrée de toutes les notions non contradictoires » (à l’exclusion des pseudo-notions comme « Dieu-Etre-Eternel » donc)« 

Mais après « Process and reality «  le Concept doit à mon sens cédé la place au Mathème :

« Dans cet ouvrage Whitehead se situe lui-même explicitement dans la ligne de Spinoza :

« La philosophie de l’organisme est étroitement apparentée au schème de pensée de Spinoza. Mais elle en diffère en ce qu’elle abandonne les formes de pensée sujet-prédicat; elle n’admet pas le présupposé selon lequel une telle forme pourrait atteindre la caractérisation la plus ultime des faits. Il en résulte d’abord qu’on évite tout recours au concept de substance-qualité; ensuite qu’on remplace la description morphologique par celle de processus dynamique »

Whitehead a ceci en commun avec Bergson (et Frege, et bien d’autres) qu’il se méfie des « rets du langage » dans lesquels est…

View original post 1 036 mots de plus