L’Agarttha et le roi du monde

Occidere's Blog

Ferdynand Ossendowski était un universitaire, écrivain et aventurier polonais né en 1876. En 1920 il doit fuir la Russie pour échapper à l’armée Rouge et au régime des Bolcheviks. Commence alors pour lui une aventure, à pied, à cheval et en chameau, qui va le mener, depuis Krasnoiarsk, en Sibérie, jusqu’au Tibet en passant par la Mongolie et le désert de Gobi, frôlant plusieurs fois la mort. A son retour, il écrit un livre qui retrace son périple : Bêtes, Hommes et Dieux, à travers la Mongolie interdite, paru en anglais en 1922, et qui connu un gros succès.

Dans ce livre, il raconte ce qu’on dit d’une contrée souterraine, mystérieuse et légendaire, l’Agarttha, multi-millénaire, et dirigé par le Souverain Pontife, le Roi du monde.

C’est cette partie de son livre que je me mets en ligne car elle vaut le coup d’œil : c’est une histoire comme j’aime bien les…

Voir l’article original 6 108 mots de plus

Publicités

Roberto Rossellini : voyage en Italie (vostfr)

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/roberto-rossellini-voyage-en-italie-1954/

Les liens donnés ne fonctionnent plus, celui ci fonctionne (Openload):

https://www.voirfilms.pw/voyage-en-italie.htm

« Temple pur de l’Esprit ,
Sans plus de corps,
Mais de pures images ascétiques,
Qui rendent par comparaison toute pensée peu claire”

Les deux modes de connaissance distingués par Lacuria apparaissent ici : connaissance par limites (négative ) analogue à la démocratie oupure dans la feuille de papier et connaissance substantielle (positive ) ; la connaissance négative correspond à la forme, à l’Idée , à la Mathesis, au plan internel, la connaissance positive au monde, à la substance, à l’apparence de plein, d’être , de réalité , mais ce n’est qu’une apparence

L’inépuisable aujourd’hui de la connaissance

FAUST HENOSOPHIA

La partie « positive » de ce blog, non dédiée à la pure destruction (de ce qui certes DOIT être détruit, à savoir les pseudo-universalismes islamique-abrahamique ou « matérialiste démocratique » etc…) doit absolument se développer et devenir prédominante, et quel meilleur objectif pour cela que d’étudier en détail ce qui est selon moi la seule véritable philosophie après la révolution scientifique copernicienne et cartésienne, à savoir la philosophie réflexive, l’idéalisme critique, venant après le réalisme du Moyen Âge qui correspond à l’enfance de l’humanité, idéalisme qui consiste en un retour par delà Aristote à la vérité de la philosophie et de l’Occident : le platonisme.

Réalisme qui est celui de la philosophie musulmane, même chez les néo-platoniciens de Perse comme Sohravardi, et qui règne encore en Maître dans la plupart des mentalités contemporaines, ce qui prouve que le combat mené par l’idéalisme a été perdu (et Brunschvicg lui même ne se déclarait il…

Voir l’article original 1 136 mots de plus