Coleridge : le dit du vieux marin

HENOSOPHIA τοποσοφια μαθεσις υνι√ερσαλις οντοποσοφια

  Alors le SOUFFLE de la TEMPÊTE surgit,
Et il se révéla tyrannique et puissant :
Ce SOUFFLE nous frappa de ses ailes battantes
Et il nous pourchassa jusque loin vers le sud.
Les mâts penchés, la proue s’engageant sous les lames,
Tel celui, poursuivi de coups et de huées,
Qui de son ennemi cependant foule l’ombre
Et qui, droit devant lui, fonce, tête baissée,
Ainsi dérivait le navire, la tempête
Mugissait, vers le sud toujours nous fuyions.Bientôt vinrent ensemble et la brume et la neige ;
Il fit un froid prodigieux ;
Et, plus hauts que le mât, autour de nous flottèrent
De monstrueux glaçons, verts comme l’émeraude.Les falaises de neige, à travers les rafales,
Sur les flots renvoyaient une clarté sinistre ;
Point ne rencontrions forme humaine ou de bête, –
La glace, de tous les côtés, nous entourait.

La glace était ici, la glace était là-bas,
La…

Voir l’article original 63 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s